Mes chemins sauvages - Régis Cavignaux

mardi 6 août 2013

Lampyre et lampiste à ses heures !!!




27 juillet :
La soirée a des allures tropicales; 22 h et il fait toujours aussi tiède. Après la canicule de cet après-midi, la nature s'éveille avec la disparition du soleil.

















Il fait nuit noire quand quelques points lumineux apparaissent dans la pelouse et au bord d'un muret de pierres sèches; les "vers luisants" ont allumé leurs lanternes et cherchent à attirer l'attention. Le fanal qui s'illumine à l'extrémité de l'abdomen est destiné à attirer les mâles désireux de procréer.






La corolle d'une fleur de bourrache devient un abat-jour



 Une lampe de poche permet d'examiner l'animal, un corps segmenté et articulé; la bestiole a bien des allures de ver et pourtant les apparences sont trompeuses; le lampyre n'est pas un parent de notre lombric.







Madame garde des allures larvaires même à l'état adulte et mène une existence au ras du sol, Monsieur voit les choses de haut et navigue à vue.

Guettons l'arrivée du mâle pour nous faire une idée de la famille de l'insecte.
Celui ci a repéré la balise lumineuse, promesse d'une nuit d'ivresse. Ses yeux démesurés se cachent sous une casquette de chitine: le pronotum.  Il lui faut se dépêcher car les rivaux sont dans les parages, le premier arrivé aura l'avantage.
Le mâle parait bien fluet à coté de sa dulcinée qui agite lentement sa loupiote verte.
C'est sur!! en examinant le mâle, le lampyre n'a rien d'un ver, oublions les annelides !






Des ailes cachées sous une paire d'élytres protectrices, l'affaire est entendue: le lampyre est un parent des hannetons et des coccinelles, plus savamment c'est un coléoptère.
Un second mâle ne tarde pas à arriver mais la place est prise.
L'accouplement consommé, Madame éteindra sa "loupiote", plus personne pour tenir la chandelle !

Enfin un peu d'intimité et SURTOUT il n'est plus nécessaire d'attirer un autre soupirant.

Une video X à réserver aux adultes avertis ou aux enfants curieux





Pourquoi le ver luisant ne se brule t-il pas avec sa lanterne?


La lumière produite est une lumière froide résultant de l'oxydation d'un "carburant" (la luciférine) par une enzyme (la luciférase) pour produire beaucoup de lumière et très peu de chaleur.

  Qui a dit que le lampyre était un simple lampiste?


Les lampyres adultes ne se nourrissent pas ou peu, trop occupés par ne brève existence orientée totalement vers la reproduction de l'espèce mais les larves sont de redoutables prédateurs, des auxiliaires précieux du jardinier.

Avez vous deviné ce qui fait les délices du lampyre et de quelle manière incroyable il dévore ses victimes?

La larve se reconnait aux taches rose orangé sur les segments de son corps

C'est ce qui s'appelle "Mettre les pieds dans le plat" ou "Sauter un repas"



Eh oui, les escargots forment l'essentiel du menu de la larve affamée. Sous des allures débonnaires, le jeune lampyre est un ogre.


Quelques morsures anesthésiantes aux allures de baisers et l'escargot sombre dans une torpeur qui le prive de toute réaction.

T'es belle à croquer tu sais!
- Même pas mal!
- C'est rien juste un bisou

- Bizarre, je ne sens plus mon pied
- Et si on passait à table

Le jeune ver luisant va liquéfier peu à peu les tissus de sa victime et pousse même le sans-gêne jusqu'à squatter la coquille de sa proie durant le festin.
















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire