Mes chemins sauvages - Régis Cavignaux

mardi 27 août 2013

Une journée chez les bleus



J'ai bien peur que les amateurs de ballon rond ne soient déçus lorsque guidés par le moteur de recherche, ils arriveront sur cet article où il est plus question de lépidoptères que de foot. Pour tous ceux là, mes plates excuses mais qu'ils ne renoncent pas pour autant à connaître un peu plus la vie des argus.

Les argus ou lycènes, ceux que nous appelions dans notre enfance : les petits bleus !



12 Août 


Me voici parti au lever du jour pour surprendre ces magnifiques papillons que sont les argus bleus encore nommés argus commun ou azuré de la bugrane (Polyommatus icarus). La fraîcheur du matin anesthésie les insectes qui encore engourdis se laissent plus facilement approcher et photographier.
Pour les trouver, il faut connaître les préférences du papillon. Il aime se réfugier pour la nuit sur les tiges des graminées comme les vulpins. 
Une étendue de graminées à proximité de plantes nourricières ( pas difficile la  chenille consomme toutes les légumineuses) et voilà le lieu idéal pour un dortoir.




C'est pas une chambre, c'est un dortoir!

L'argus aime dormir tête en bas, immobile sur une tige.



Symétrie
On dort en couple




Colocation d'une graminée ou ménage à trois?



Le soleil chauffe plus fort et les papillons commencent à s'agiter, frottant leurs ailes l'une contre l'autre comme pour les décoller ou produire un peu d'énergie nécessaire au premier geste du matin: un bain de soleil.


Passer la nuit à la verticale, une histoire à dormir debout !



Oui, exposer toute sa voilure au soleil pour augmenter plus rapidement sa température.
Facile alors de différencier les sexes.

Monsieur, tout de bleu vêtu
Et Madame, plus discrète mais avec un beau collier de perles autour des ailes

Et pouvoir décoller rapidement pour butiner ou lutiner suivant l'humeur et les opportunités; la vie est brève pour un papillon et les frimas arrivent.



Trop occupé à contempler ces joyaux ailés, je n'ai pas prêté attention à un observateur inattendu.


Le chat forestier, assis sur son derrière et qui ne perd rien du spectacle. Inutile de préciser qu'il a vite décampé dès qu'il s'est vu repéré.

Le soir, lorsque le soleil décline; retour à l'abri des tiges protectrices. Les argus sombrent dans la torpeur jusqu'au lendemain matin.
L'argus, un papillon qui a la cote !!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire